lundi 10 juin 2013

2013 - Préparation au Bac de philosophie



La dissertation en 6 points

1. Définir les termes du sujet. Attention toutefois à ne pas définir les termes une fois pour toutes, pour après les utiliser avec laxisme : Si le sens d'un terme change,il faut le remarquer. Il n'y a pas de synonyme en philosophie, il faut opérer des distinctions conceptuelles entre des mots qui semblent très proches.

2. Construire une problématique, c'est-à-dire mettre en valeur une contradiction dans les termes du sujet, un paradoxe. La problématique n'est en aucun cas la répétition du sujet, mais son explicitation. C'est cette problématique qu'il va falloir dénouer avec patience au cours de votre dissertation.

3. Travailler sur le plan,qui doit être progressif, allant du plus simple au plus compliqué, du préjugé à la pensée la plus originale. La troisième partie n'est pas un mélange des deux précédentes mais le dépassement des thèses déjà exposées.

Une partie n'est jamais un thème (ex. le bonheur) mais toujours une thèse (ex. "le bonheur est inaccessible").

4. Avoir un style clair et cohérent. Attention à la syntaxe et à l'orthographe.

> Veillez à utiliser des connecteurs logiques qui structurent l'argumentation (or, mais, donc, par conséquent, par ailleurs, etc.).


> Privilégiez les phrases courtes, si vous avez du mal avec la syntaxe (rappel : une phrase a la plupart du temps un sujet,un verbe et un complément)

> Evitez les expressions familières

5. Mobiliser des références philosophiques pertlnentes et adaptées au sujet.

Citez les auteurs que vous connaissez, mais évitez les arguments d'autorité (du type "Si Platon le pense, c'est donc qu'il a raison.").

Le titre des œuvres doit être souligné.

> Citez aussi des exemples, mais jamais tirés de votre expérience personnelle, mais de la culture (cinéma, littérature, mythes).

> Un exemple n'est jamais un argument, il ne sert qu'à illustrer un argument. Il faut donc analyser les exemples, et mettre au jour les concepts qui les sous-tendent.

6. Faire simple.

Ne pas se bloquer en cherchant de "trop bonnes idées", mais se dire que ses premières idées sont de bons points de départ, à condition qu'elles soient retravaillées. Si la philosophie les critique comme des clichés, utilisez vos "premières idées-clichés" pour construire une argumentation en opposition avec elles.

> Dites-vous que si vous rencontrez une difficulté, c'est peut être qu'il y a une polysémie intéressante à faire apparaître, donc deux idées distinctes dont il faut défaire la confusion initiale.

> La dissertation est un dialogue avec soi-même, c'est-à·dire que la progression doit se faire sous la forme d'hypothèses et de réfutations.



Le commentaire de texte en 6 points

1. Dégager les thèmes du texte. Analysez et définissez dans votre travail préliminaire le vocabulaire que l'auteur utilise.

2. Trouver la problématique du texte et la thèse à laquelle il répond.

La thèse est souvent paradoxale, et il ne faut pas en gommer les "aspérités", les difficultés à la comprendre. Au contraire, il faut en faire apparaître l'originalité.

Dégager le plan du texte et donner un titre à chaque partie. A chaque partie du texte correspond une partie du devoir. Il faut analyser le texte dans sa lettre, mais ne pas se perdre dans les détails. Le plan doit être votre guide.

4. Se méfier de la paraphrase, et chercher à expliquer autant ce que dit l'auteur que ce qu'il fait (démonstration par l'absurde, exemple, invocation d'une autorité, etc.). Il faut citer le texte, mais ne pas coller à lui.

5. Etre attentif aux connecteurs logiques (mais, or, donc, etc.), qui marquent les étapes du raisonnement conduit dans le texte philosophique, et à l'utilisation éventuelle de figures de style (ironie, comparaison, etc.).

6. Attention à ne pas critiquer un texte d'emblée, mais montrer plutôt en quoi ce texte présente un intérêt, en quoi les contradictions qu'il présente ne sont souvent qu'une apparence.

> Attention à ne pas croire que le commentaire est plus facile que la dissertation. Ils sont aussi durs l'un que l'autre, et le commentaire étant souvent perçu par les élèves comme plus facile, les correcteurs sont parfois plus exigeants.


Orthographe, danger !

• Les mots suivants sont souvent mal orthographiés : a priori, a posteriori : (dans les deux cas, pas d'accent sur le a), ambiguïté, Nietzsche, c'est-à· dire, s'il, un terme, réflexion, langage, raisonner, rationalisme, étymologie, philosophie..

• Utilisez "fonder sur" plutôt que "baser sur",


Les erreurs à éviter

• Evitez de commencer par "De tous temps, les hommes...". Débutez plutôt en évoquant un fait surprenant, ou au contraire un préjugé que vous comptez critiquer.

• Ne parlez jamais de vous (ne dites pas "je"),évitez de prendre l'exemple d'un élève qui passerait le bac (très mauvais effet).

• N'employez jamais d'argument d'autorité, mais utilisez la pensée des auteurs pour servir votre réflexion.

• Ne concluez jamais de façon relativiste ("Chacun pense ce qu'il veut", "Ça dépend", etc.) : cela dévalorise votre devoir.

• Evitez le hors-sujet. Il faut toujours garder le sujet sous les yeux !

• Ne présentez jamais vos opinions personnelles (politiques ou religieuses), mais construisez une argumentation.









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire